De nombreuses personnes se plaignent de fringales au cours de la journée et plus simplement d’envies de sucreries. Ce phénomène entraine un grignotage pouvant produire à la longue un surpoids voire une véritable obésité, mais aussi des maladies dont la plus fréquente est le diabète (de type 2).


Le sucre du petit déjeuner

   Le premier réflexe lorsque nous voulons arrêter les fringales et couper les envies de sucre, consiste tout simplement par ne pas commencer à manger du sucre au cours de la journée. Il convient donc de supprimer le sucre, les sucreries et les confitures au petit déjeuner, pour préférer le pain complet ou les céréales complètes (non sucrées). Il est possible de remplacer le sucre par le miel (un peu) ou des morceaux de fruits. Car, le sucre appelle le sucre… Plus nous mangeons de sucres (rapides) et plus nous en avons besoin !

    En effet, les sucreries induisent une montée de la glycémie (taux de sucre dans le sang) qui est suivie d'une chute tout aussi rapide pouvant même produire une hypoglycémie (manque de sucre) qui est à l’origine de coups de pompe, de fringales et d’envies de sucres…  La prise de nouvelles sucreries améliore la situation… temporairement, avant de produire une nouvelle hypoglycémie… ce qui constitue un cercle vicieux.

     Ainsi, un petit déjeuner sucré favorise une hypoglycémie dans la matinée se caractérisant par une baisse de tonus... qui appelle une nouvelle prise de sucre (biscuit, gâteaux, etc.). Ce signe doit attirer l'attention sur les aliments consommés au petit déjeuner et les modifier pour éviter le phénomène.


Les sucreries

     Tous les sucres rapides sont concernés par ce processus : sucre (même le sucre roux), les bonbons, les barres chocolatées, les gâteaux, les pâtisseries (même faites maison), les confitures, le chocolat... Ceux-ci peuvent être tout de même consommés, mais en petites quantités, de préférence au cours d'un repas où ils se trouveront associés à des protéines, des lipides et des sucres lents.

    Le problème est encore plus grave chez les personnes âgées qui ont forte tendance à grignoter des gâteaux au cours de la journée. Or, les hypoglycémies réactionnelles peuvent avoir d'importantes conséquences sur leur cerveau, sans parler des malaises, des vertiges et des chutes qu'elles peuvent induire.

Les enfants sont également très friands de sucreries. Le problème est qu'ils en prennent vite l'habitude avec les conséquences que cela entraine sur leur poids, leur attention et même leur comportement.

AdobeStock_170707235

En cas de fringale

En cas de fringale ou de coup de pompe au cours de la journée, celle-ci peut être compensée par un grand verre d'eau ou la prise d'un fruit comme une pomme.

Il est important aussi de se poser une question tout bête : comment avons-nous faim ?

- Est-ce une sensation de creux à l'estomac ? Cela peut provenir alors d'une irritation (acidité) gastrique... qu'il faudra soigner.

- Est-ce que cela provient d'un stress ou d'une contrariété ? Il faudra alors plutôt intervenir sur ce point (voir ci-dessous).

- Est-ce un coup de pompe ? Cela peut provenir d'une déshydration. Un (ou deux) grand verre d'eau solutionne rapidement le problème.

- Est-ce un état de fatigue ? Dans ce cas, le grignotage de sucreries n'est pas la meilleure solution. Il faut plutôt s'orienter vers un mode de vie sain tout en levant le pied, le temps que l'organisme récupère.

- Est-ce une fringale après un effort physique ? Il convient alors de prendre une alimentation plus substancielle que des sucreries si cela ne peut pas attendre le repas suivant, quitte à en avancer son horaire.

- Est-ce simplement une habitude ? Il ne s'agit donc pas d'une véritable fringale mais d'une mauvaise habiture prise en laissant les chocolats ou les gâteaux sur son bureau lorsque nous travaillons ou sur la table devant nous lorsque nous lisons ou regardons la télévision. Les pop-corns au cinéma sont sympas, mais sont-ils véritablement utiles ?


Limiter la faim

     Quelques remèdes naturels aident à réguler l'appétit et ainsi les fringales :

- Le complexe oligo-élémentaire Zinc-Nickel-Cobalt à raison de 1 ampoule matin et soir avant les repas, régularise le métabolisme du sucre.

- Il est possible d’y adjoindre Hypothalamus 9CH: 3 granules le matin qui intervient aussi sur l’appétit.

L'effet est ressenti après quelques jours (une petite semaine).


Stress et anxiété

        Le grignotage est souvent un mécanisme de compensation d'un stress, notamment un stress chronique. Or, ce dernier favorise l'élévation du cortisol sanguin et ainsi l'élimination du sucre/glucose présent dans le sang (hypoglycémie). Le traitement des fringales passe donc par la disparition ou la minoration du stress, de l'angoisse, de la phobie ou de l'anxiété.

    Si cette compulsion pour le sucre s’accompagne d’une grande émotivité ou d’anxiété importante voire d’une déprime, il faut penser à une baisse de la sérotonine (un neurotransmetteur du cerveau). Dans ce cas, la plante Griffonia (ou le 5HT – 5-Hydroxy-Tryptophane) associée à du magnésium vont relancer la fabrication de sérotonine ce qui améliorera la situation. Ceci est d'autant plus vrai pour les fringales survenant en fin d'après-midi ou au retour du travail. Les cas évolués nécessitent bien évidemment une consultation médicale.

 

     Ainsi, si la dégustation de gâteaux ou de chocolat constitue un plaisir dans notre vie. Celle-ci ne doit pas devenir une habitude et encore moins une nécessité. Sinon, il convient d'en analyser l'origine pour la corriger.


Dr Luc Bodin