Le cholestérol est une substance essentielle à notre santé. Elle est fabriquée par le foie et dans une moindre mesure de l'alimentation. Le cholestérol est indispensable pour la fabrication d'un grand nombre de nos hormones. Nous ne pourrions pas vivre sans cholestérol... Aussi pouvons-nous nous poser la question de savoir si la baisse du cholestérol par les médicaments ne peut pas être péjorative pour notre équilibre hormonal et notre santé ?

     Beaucoup d'autres questions se posent actuellement sur le cholestérol notamment les hypercholestérolémies (excès de cholestérol dans le sang) et l’intérêt des traitements anticholestérolémiants notamment les statines qui présentent de graves effets indésirables. Des chercheurs émérites comme le Dr Michel de Lorgeril, docteur en médecine et chercheur au CNRS (voir son livre "Cholestérol, mensonges et propagande") disent que le cholestérol n’est pas en cause dans la survenue de l’artériosclérose (qui produit l'artérite, c'est-à-dire le bouchage des artères), ce à quoi les cardiologues répondent à juste titre que les patients décédés de causes cardiovasculaires présentent des lésions – des plaques – sur les artères remplies de cholestérol. Alors quid ?

       Le Dr de Lorgeril ne semble pas donner d'explications à ce fait. Alors, j'ai effectué des recherches sur le sujets. Or, un certain nombre d’éléments convergent sur une origine nutritionnelle de l'artériosclérose, notamment un déficit en vitamine C. En effet :

       1. Les fumeurs ont souvent des problèmes artériels alors qu’ils n’ont pas forcément d’hypercholestérolémie. Par contre, ils souffrent fréquemment d'un déficit en vitamine C.

        2. D’après le médecin allemand le Dr Matthias Rath, qui a repris les travaux de Linus Pauling sur la vitamine C, certaines races de chiens sont capables de fabriquer de la vitamine C. Elles ne sont donc jamais en déficit. Or, ces chiens ne présenteraient jamais de problèmes cardiovasculaires. (voir son livre : "Pourquoi les chiens n'ont pas d'attaque cardiaque... et les hommes, si !")

        3. Plusieurs de mes collègues médecins à l’étranger m’ont affirmé avoir constaté que les plaques d’athérome se réduisaient sous l’effet de perfusion de vitamine C à forte dose.

Fotolia_62684497_Subscription_XL

      D’après le Dr Rath, un déficit en vitamine C induirait de microlésions sur les parois artérielles entrainant de microsaignements. Ce serait sur ces saignements que se fixerait le cholestérol circulant qu’il soit en quantité normale ou non. L’hypercholestorélémie ne serait donc pas en cause, du moins ne serait pas le « primum movens ».

       A l’heure où on soigne les ulcères d’estomac avec des antibiotiques, pourquoi ne pas soigner les plaques d’athérome avec de la vitamine C ? Ceci constitue une belle piste de recherche bien qu’aujourd’hui la vitamine C injectable ne se trouve plus en France (ou à des doses minimes), mais il existe maintenant la vitamine C liposomale qui s’utilise par voie orale.Or, rien n'empêche d'entre consommer en cas de problèmes d'artérite en complément des traitements habituels... et voir ce que cela donne sur le long terme.

       Reste à réaliser les études adéquates. Mais une chose est sûre, ce ne seront pas les laboratoires qui les effectueront. Car il y a 6,4 millions de personnes sous statines en France aujourd'hui et 1 million de nouveaux patients... Combien dans le monde ? C'est évidemment la poule aux oeufs d'or. En effet, la Sécurité Sociale dépense 1,2 milliards d'euros en remboursement pour les statines tous les ans.

Luc Bodin