Le péché a été (et est toujours) une grande source d'angoisses pour les croyants de nombreuses religions. Il y aurait ainsi les péchés véniels pour les petites fautes et les péchés mortels qui pourraoent nous priver d'entrer au Paradis... ce qui a de quoi faire réfléchir et faire baisser la tête même aux plus endurcis !

     Cette morale a prévalu pendant des siècles. Elle a permis de donner un cadre pour l'évolution spirituelle des individus et aussi pour développer un certain ordre dans les sociétés.

    Aujourd'hui, il est temps de revoir cette notion avec d'autres yeux. En effet étymologiquement, le péché signifie "rater sa cible" ce qui est différent. Le sens donné aujourd'hui au mot "péché" serait donc une déformation de son sens premier... ce qui semble plus juste.

     En effet, lorsqu'un personne réalise une action dictée par son égoïsme pour développer par exemple son pouvoir sur les autres, ou bien pour obtenir davantage de biens matériels et de richesse... elle le fait parce qu'elle pense qu'ainsi elle sera plus heureuse et qu'elle atteindra le bonheur. Pour la religion, ce qu'elle a fait, constitue un péché parce que c'est "mal" et n'obéit aux précepts Divins (du moins ceux présentés par la prêtrise).

Fotolia_75614887_Subscription_L

     Avec le temps, la personne s'aperçoit que son choix, son attitude ne lui apporte pas le bonheur. Pire, elle ressent une souffrance au fond de son être parce que son comportement n'est pas en adéquation avec les aspirations de son être qui sont faites d'amour et de compassion. Elle se rend compte de son erreur (ce qui peut prendre du temps, voire plusieurs vies). Elle a donc raté sa cible !

    Les appels de son coeur aidant, la personne décide de changer, de modifier ses décisions et son attitude afin qu'elles soient plus en rapport avec ce que demande son âme. La paix l'envahit alors... et elle commence à vivre le bonheur... celui qu'elle espérait en suivant son ego.

     Elle a ainsi appris et évolué. C'est pourquoi, il n'existe pas de péché au sens religieux du terme, mais des expériences où nous "ratons notre cible". Or, il nous faut tout expérimenter dans nos existences successives pour comprendre véritablement et que cela ne soit que pures théories. C'est ainsi comme je l'ai écris dans un autre article, l'ombre travail aussi pour la lumière.

Portez-vous bien.

Luc Bodin