Une phrase revient souvent notamment en médecine naturelle : "Le germe n'est rien, le terrain est tout". Il n'est pas simple d'en affirmer la source. Pour certains il s'agit de Béchamp, alors que pour d'autres il s'agirait de Pasteur (à la fin de sa vie) voire de Monot. Cette phrase indique que notre immunité est plus importante que n'importe quel traitement ou vaccin, ce qui est un pavé lancé dans la marre des préjugés actuels.

Un monde de virus et de germes

     En effet, nous sommes entourés de milliards de milliards de virus et de germes en tout genre. Notre corps lui-même contiendrait 10 fois plus de germes que de cellules... et tout ce joli monde coopére (ou au moins se tolère) sans problème pour notre santé.

     Espérer vivre dans un monde sans germe est une utopie... pire, une impossibilité. Car nous ne pourrions pas vivre dans un tel contexte. Il faut le comprendre. Les traitements tuent certains d'entre eux. Les vaccins protègent contre d'autres. Mais tous les jours de nouveaux germes apparaissent comme le VIH, le H1N1, l'Ebola, le Zika, le covid-19... C'est une chaine sans fin.

fotolia_49346835


La nature n'aime pas le vide

      Il faut savoir que cette situation existe depuis que le monde est monde. La plus grande avancée de l'humanité contre les germes pathogènes, n'est pas la médecine (qui est venue plus tard) mais l'hygiène... avec la gestion des déchets, la conservation des aliments, l'hygiène personnelle, etc. Ensuite, les antibiotiques ont changé la donne, arrêtant les vastes épidémies de syphilis et de tuberculose qui étaient les principales causes de décès dans notre pays il y a un siècle. Mais avec la disparition de ces infections se sont développées les maladies cardiovasculaires d'abor, puis le cancer, les maladies neuro-dégénératives, etc. La nature n'aime pas le vide. Une maladie disparait et une autre apparait (fibromyalgie, fatigue chronique, Alzheimer, etc.).


La solution ?

     Le Pr Montagnier l'avait déjà évoqué à propos du sida en Afrique. Si nous voulons arrêter la propagation de cette maladie, il faut donner des conditions de vie décentes aux Africains : eau potable, alimentation, logement, gestion des déchets, etc.

     De la même manière, la lutte contre les germes, passe par un mode de vie équilibré que notre société est bien loin de nous fournir (alors que nous sommes parmi les pays les plus riches du monde !). Il nous faudrait :

- une alimentation saine... non indiustrielle... donc de préférence biologique, composée de beaucoup de fruits et légumes.

- une eau de qualité avec sans doute des bouteilles d'eau en verre.

- un air non pollué en imposant des mesures drastiques aux industries pollueuses... dans le respect de la nature et de la planète qui nous apportent notre subsistance.

- des logements décents... ce qui n'est pas le cas de millions de personnes dans notre pays.

- un revenu minimal en diminuant notamment les revenus monstrueusement élevés pour des personnes qui en un mois gagnent l'équivalent de toute une vie de salaire chez un ouvrier.

- une société sans stress en supprimant toutes ces obligations inutiles, cette compétition incessante, cette nécessité d'être toujours au top, ces harcélements par certaines administrations, etc. en les remplaçant par de la compréhension et de la tolérance.

- une société qui aiderait chacun à développer les aspirations de son être.

     Ceci constitue sans doute un rêve... mais je ne pense que cela soit une utopie. Si nous le voulions, nous pourrions le réaliser sur toute la Terre...

     En attendant, il est toujours possible de réaliser une bonne partie de ces points dans notre mode de vie personnel. Ceci est même essentiel parce que ce sont les clés de notre santé et ainsi que de la prévention contre les germes pathogènes qui nous entourent. En effet, ceux-ci ne se développent que sur des terrains fragilisés, à chacun de renforcer le sien.

Luc Bodin